lundi 30 avril 2012

L'existence du poin G confirmé

Un gynécologue Américain confirme l'existence du point G à travers une étude. Adam Ostrzenski l'aurait trouvé lors de l'autopsie d'une femme de 83 ans et espère ainsi une meilleure compréhension de la sexualité féminine. Il ressemblerait à une structure de 8 x 3 mm.

Qu'attendez-vous ? Réjouissez-vous et partez à la conquête du point G avec votre boutique Senkys. Découvrez maintenant notre sélection spéciale Point G

Elle se refait une beauté devant une voiture

Une jeune femme plutôt très attirante se permet de se refaire une beauté en plein rue à travers les vitres d'une voiture. Elle en profite aussi pour regarder ses fesses et là surprise. On notera au passage les dessous très coquins de la demoiselle dont une ravissante paire de bas. Regardez !

mardi 24 avril 2012

Qui sont les plus complexés par la taille de ... ?

D'après la Société Internationale de Chirurgie Plastique et Esthétique, c'est en Grèce où les hommes sont les plus complexés puisque l'on y dénombre le plus d'allongements péniens, dix fois plus que dans les autres pays !

Le Brésil arrive en tête sur les demandes d'intervention au niveau des fesses et du rajeunissement vaginal ( respectivement 5 et 7 plus de demandes que dans les autres pays). 

La Grèce et l'Italie mais aussi le Brésil sont les pays les plus demandeurs d'augmentations mammaires.



lundi 23 avril 2012

Football VS Sexe

D'après une enquête de chercheurs espagnols, regarder un match de foot serait aussi addictif qu'une nuit ponctuée d'ébats torrides. Tout s'expliquerait donc ! En effet, les scientifiques ont constaté un taux d'hormones relativement élevé chez les supporters pendant un match. Chez les femmes comme chez les hommes, le niveau de testostérone est important.

Si les taux hormonaux montrent un plaisir comparable aux effets du sexe, ils indiquent aussi un pic de cortisol, l'hormone du stress, quand les supporters voient leur équipe perdre.

lundi 2 avril 2012

La fellation n'aurait plus la côte

D'après le magazine Esquire, la fellation ne serait plus une pratique qui aurait la côte. Le journaliste s'est basé sur des références culturelles pour établir ce constat. Dans les années 60 et 70, la fellation faisait fureur. 1972 a même été l'année de la gorge profonde sans parler des références du film "To die For" avec Nicole Kidman.

D'après le journaliste, les hommes préfèrent aujourd'hui offrir du plaisir avec un cunnilingus. "Les hommes sont passés du statut de bénéficiaires égoïstes à celui de donneurs altruistes de plaisir", observe-t-il. Les années passent, les pratiques s'adaptent. Le cunnilingus aurait aujourd'hui détrôné la fellation.