lundi 6 décembre 2010

L'infidélité, une question de gènes !

Vous avez une tendance prononcée à être infidèle ? Réjouissez-vous, une récente étude va peut-être vous trouver des circonstances atténuantes. En effet, des scientifiques ont découvert un gène qui augmente les risques d'infidélité. D'après eux, l'état des hommes et femmes possèdant ce gène vivant alors une aventure extra-conjugale serait comparable à celui d'un alcolique buvant un verre.

Lors de l'étude, les personnes disposant de ce fameux gène appelé DRD4 étaient deux fois plus susceptibles d'être infidèles. Ils comptaient également plus d'aventures sans lendemain. Ce gène influerait sur les niveaux de dopamine du cerveau (échantillon de 180 personnes).

Un chercheur s'explique: "Les personnes ayant une certaine variante du gène DRD4 étaient plus susceptibles d'avoir des histoires purement sexuelles, y compris les coups d'un soir et les actes d'infidélité. "La motivation semble découler d'un système de plaisir et de récompense où la libération de dopamine entre en jeu".

Une personne sur quatre serait prédisposé à l'infidélité par nature. Une bonne excuse pour ceux qui me savaient jusqu'à maintenant pas justifier leurs écarts ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire